Infos

Ouverture

La grotte de la Cocalière est ouverte tous les jours, du 15 mars aux vacances de la Toussaint.

Horaires

Du 15 mars au 30 juin : 10h-12h / 14h-17h
Du 1 juillet au 31 août : 10h-18h
Du 1 septembre à la Toussaint : 10h-12h /14h-17h

Coordonnées GPS

04° 09'52'' E - 44° 18' 30'' N

Distances utiles

Parking gratuitEspace Pique-niqueSnack sur place

* Température constante à l'intérieur de la grotte (celsius).

Consultez nos tarifs

Contact

Pour nous contacter

La grotte de la Cocalière est ouverte tous les jours, du 15 mars aux vacances de la Toussaint.

TEL : +33 (0)4 66 24 34 74
FAX : +33 (0)4 66 24 20 13

Grotte de la Cocalière
30500 COURRY
(FRANCE)

accueil@grotte-cocaliere.com

Horaires

Du 15 mars au 30 juin : 10h-12h / 14h-17h
Du 1 juillet au 31 août : 10h-18h
Du 1 septembre à la Toussaint : 10h-12h /14h-17h

Chambre de fouille préhistoriqueChristian Bouquet en 1952Percement de la descenderieChristian Bouquet en 2008Photo Vasseur/Rocheil - SpéléonautePhoto Philippe Crochet

AudioGuide

"150 ans d'exploration"

Les premiers découvreurs du système furent les hommes préhistoriques qui ont laissé des témoignages matériels de leurs incursions (ossements, outils, poterie...).

Le premier explorateur dont on possède les écrits fut Jules de Malbos (1854), naturaliste ardéchois qui s'engagea par l'orifice naturel, l'Aven de la Cocalhère, dans le cours temporaire de la Cocalhère-Basse, pièce maîtresse du système. Jules de Malbos reconnut en outre d'autres branches du système comme la Goule de Sauvas.

On retiendra également l'exploration de l'ingénieur Gaupillat en 1892 (cousin du célèbre explorateur Martel) qui parcourut la Cocalhère-Basse jusqu'au premier plan d'eau à 1900 mètres du jour.

En 1937, toujours dans la Cocalhère-Basse, Robert de Joly conduisit une équipe jusqu'à un siphon à 2500 mètres du jour et atteignit un étage supérieur.

Puis, de 1953 à 1966, la société de spéléologie et préhistoire Gard-Ardèche entreprit l'exploration méthodique de tout l'ensemble synclinal. En 1953, par exemple, la SSPGA découvrit à partir de ce qui est devenu les salles touristiques, le Puits de l'Aventure qui donne dans un ruisseau souterrain actif. C'était la première fois que l'on trouvait une eau vive dans un complexe (depuis, une station de pompage amène l'eau en surface).

Les premiers aménagements ont été entrepris dès 1965 sur le site extérieur de la Cocalière. Le percement du tunnel (descenderie) facilite les accès dans la caverne. C'est ainsi qu'a été découvert en 1966 le réseau des Spéloufis (ou des Beaumettes) très joliment concrétionné et non encore aménagé.

Les explorations étant souvent bloquées par des plans d'eau, dès 1953, des essais de pompage ont été effectués en plusieurs points (Peyraous) mais sans grand succès, jusqu'à ce qu'en 1955, le décès d'un plongeur au Peyrou de chadouillet mette un frein à ce mode de reconnaissance.

Fort heureusement, entre 1969 et 1999, des plongeurs spéléos appartenant à des groupes spécialisés ont su franchir de nombreux siphons, à Peyrejal, à la Goule de Sauvas, et à la Cocalière. Ces plongées conduisirent à la découverte de plusieurs kilomètres de galeries montrant l'interconnexion des réseaux du système. C'est ainsi qu'en 1999, B. Poinard est descendu au Peyrou de Chadouillet, dans des conduits noyés jusqu'à -80 mètres sans atteindre le fond.

Pour conclure, sachez aussi que l'exploration de la Beaume de Chazelles, commencée en 1937 par R. de Joly et reprise de 1950 à 1970 par la SSPGA, se poursuit de nos jours. Ce vaste réseau n'a pas encore été relié à ceux situés plus au Nord.

  • Suivez-nous
Retrouvez-nous sur FacebookRetrouvez-nous sur FlickR
Retrouvez-nous sur Twitter Retrouvez-nous sur You tube

©2010-2017 - Grotte de la Cocalière - Tous droits de reproduction réservés - Mentions légales

Hurricane - Agence de communication Gard